Tutorial mise en peinture d'une carrosserie 2eme etape

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tutorial mise en peinture d'une carrosserie 2eme etape

Message par blacksamourai le Dim 11 Mai - 23:41

La suite


-5 les réglages pistolet

Le plus simple: faire des essais. Il y a beaucoup de parametres qui rentrent en ligne de compte:
le produit (viscosité, température, hydrométrie)
le support ( à plat ou verticale)
le pistolet (pression, buse, débit air/peinture, largeur de jet)
le peintre (distance, vitesse, vue, accessibilité)

Pour le produit: d'une manière générale, on dilue plus s'il fait chaud et inversement. Les proportions de dilutions donnés par les firmes de peinture correspondent à une température de 20° et une hydrométrie spécifique. La fourchette de dilution pour un pistolet est de 5 à 20%, elle augmente pour un usage en aérographie avec les peintures auto.

Le support: on a tendance à« beurrer » plus un élement à plat qu'un élément verticale. Mais attention, cela peut finalement faire varier la teinte ou la texture (plus lisse?!) Si par exemple, vous devez refaire un latéral sur une voiture, vu que votre aile arr ne se démonte pas, vous peindrez tous vos éléments à la verticale, par soucis d'homogéneité. Sur les pièces moto, attention aux pièces qui sont jointives (tête de fourche et carénage par ex) surtout avec une peinture métal ou nacrée...

le pistolet: adapter la pression selon la notice: entre 3 et 4 bars en « statique » (pistolet au repos) pour un conventionnel et entre 2 et 3 bars « en dynamique » (gachette pressée – l'air sort) pour un HVLP (basse pression)
Avant tout, ouvrez à fond la vis qui rêgle la largeur du jet
Ensuite, d'une manière générale, vous faites le réglage suivant avec la vis « mélange air/peinture »:
Fermez cette vis. Appuyez sur la gachette, elle bouge peu. Si votre pistolet est bien entretenu, rien ne sort à part de l'air. Tournez cette vis jusqu'à ce qu'un peu de peinture vienne se mélanger à l'air. Ensuite, trouver un repère sur la vis et réaliser entre 1,5 et 2,5 tours en « ouvrant » la vis de réglage air/peinture... Faites un test. Regardez que votre mélange soit suffisement « mouillé » (brillance). Si trop peu, vous avez un nuage de poussière sèche autour de votre peinture (la peinture sèche avant d'arriver sur le support...) > ouvrez un peu votre mélange
Votre test coule facilement > refermez votre mélange...

Avec l'expérience, vous n'aurez plus besoin de ce réglage (qui intervient sur la butée de l'aiguille): Vous ouvrirez quasiment à fond et jouerez avec la sensibilité de vos doigts ;-)

l'effet peau d'orange: jamais recherché mais souvent atteint...
Lors de la mise ne peinture mais surtout du vernissage, vous pouvez avoir un effet peau d'orange. Plusieurs facteurs entr en jeux; pression d'air trop forte qui creer des vagues dans l'epaisseur de peinture, pistolet trop pres de la surface (idem), pression trop faible (produit pas siffusement atomisé = gouttes trop grosses qui auront du mal à se "tendres"), vitesse de passage trop rapide...) Bref, seul un certain recul permettra de limiter cet effet! Apprenez de vos erreurs, disait l'autre!

-6 les teintes

Solventées ou hydrodiluables.
Ces dernières arrivent suite aux dernières normes anti-pollution, bien aidé par les pétrochimistes heureux de renouveler leur gamme de produits
Les bases solventés exsitent en base à vernir ou en brillant direct. Si le choix est limité en brillant direct, le choix est infini en soventé comme en hydro', si on possède la gamme des bases d'une marque, comme un carrossier par ex.
L'avantage des hydro' est de polluer moins, mais elles sèchent plus lentement, leur couche est souvent plus « épaisse » (tout est relatif) et une fois dilué, ne se conserve pas!
Les « brillant direct » ont le même problème: comme pour leur application, on ajoute un durcisseur, une fois préparé, le reste éventuel est pour la poubelle...

-7 les résines ou vernis


MS, HS, HS et VHS v.o.c., etc.
Tout cela, pour indiquer leur qualité.
MS: vernis polyuréthane de base, de moins en mois utilisé
HS pour High Solid: plus resistant, demandant moins de produit pour un éclat similaire,
VHS: très resistant, demande encore moins de produit mais encore plus cher!!
v.o.c.: rentre dans les dernières normes anti-pollution et étudier spécialement en adéquation avec les bases acqueuses.
A mélanger à un durcisseur spécifique et à diluer selon température, application, etc. Les proportions sont en général inscrites sur le pot.

-8 Les durcisseurs:


Spécique aux vernis MS, HS, etc ou aux apprêts.
Existent en rapide, normal ou lent; voire ultra rapide et très lent en temps de séchage. Le choix dépend du type d'application: pour des petites pièces, on prendra en général du rapide, voire très rapide. Attention, le vie en « pot » est limité (moins d'une 1/2h). A contrario, pour une grande surface, par temps chaud, on prendra un lent.

Mon conseil; définisez votre activité et prenez vous un spécifique pour votre vernis, un autre spécifique à votre apprêt 2K

-9 le marouflage

Ou comment « cacher » correctement les parties qui ne sont pas à peindre. Il existe des rouleaux type « kraft » relativement fin, utiliser par les pros, en differents gabarits:
20cm X 50m, 60cm X 50m, etc...
Le plus généralement, le scotch « masking tape » utilisé l'est en 19mmx50m
Il existe après pour la déco les « Fine Line Tape », évitant au possible les bavures... dispo en 1,5mm, 3, etc... et de qualité particulière: ligne droites, courbes, etc... Il exsite aussi des scotch « lifting tape », cher mais idéal pour tout ce qui est joint de vitres de voiture, par ex, pour une finition irréprochable: Une petite languette plastique se glisse sous le joint, on releve ce dernier et enfin on fait adhérer le scotch: c'est joué! Sinon, vous pouvez essayer de glisser un câble elctrique diametre 2 ou 3mm par ex derrière le joint pour le relever et le masquer classiquement.

-10 Les poussières:

Vous avez dégraisser votre support, c'est bien. Surtout si vous avez utilisé deux chiffons, un imbibé, l'autre sec pour essuyer de suite après. Mais il peut rester quelques poussières. L'aide imparable et indispensable est le tampon d'essuyage: il emprisonne les derniers grains. Existe aussi au touché « collant » mais je préfère les carrés bleus non collant mais très efficace, se conservant plus logtemps que les autres. De plus, je le complete avec l'action d'une souflette. N'hésitez pas à déborder sur les masques/caches. (attention aux plis dans les papiers de cachage, véritables nids à poussières! N'oubliez pas que votre pistolet envoie une grosse pression!!)
Il vous reste des poussières dans votre peinture? Analyser votre environnement. Il faut un local clos mais extremement bien ventilé, évidement propre et sans insectes! Lol. Pourquoi pas, vous pouvez humidifier le sol ou utiliser des produits anti-statiques (mais sans silicone!!!!!!!!!!)
Encore des poussières??? Dernier point important: c'est que vous bougez trop! Apprenez à mieux mesurer vos gestes, ne faites que ceux vraiment necessaire.

Important: prenez tout votr temps pour dépoussiérer le support qui sera peint: rien de plus désagréable que de devoir recommencer son travail ou faire une retouche pour un grain oublié!!
Surtout qu'en moto, la clientèle est délicate! Très délicate!!!!!! (Le client récupère sa bécane, fait le tour,en général, est fier de sa brêle maisles copains aiment trouver LE défaut, quittent à trouver la poussière sous le lèche roue ar! A ce moment, le client revient te voir pour « parler » ;-))

les retouches:

Oubliez de faire un lustrage sans machine! Bonjour l'huile de coude!!!
Il exsite des gammes de produits lustrants, avec une finesse progressive, pour avoir un éclat sublime!
Indispensable après une coulure... ou une poussière pas trop noyé sous le vernis
ex: je ponce ma coulure avec une cale spéciale aux dimensions très petite (adapté à la coulasse) en générale au 800 à l'eau pour débuter. Une fois nivelé, on passe au 1500 puis 2000 à l'eau, on sèche, puis polish grossier puis polish de finition(brillance)... puis micro fibre pour essuyer!


Conclusion:

Achetez un minimum de matériel: papier 80, 150, 320, 500 à sec. 800, 1500 et 2000 à l'eau. C'est le minimum vital à mon avis (env. 0.50€/feuille)
Pourquoi pas du papier moussé (à sec donc) en 240, 500 et 1000, surtout pour ceux travaillant la déco perso sur carénage moto et casques.
Un bidon d'anti-silicone ( 3 ou 5L, dans les 25€)
Un bidon d'appret 2K (1, 3 ou 5L, de 10 à 40€/L selon conditionnemet et marque)
Son durcisseur en proportion ( à choisir en fonction de son mélange: 2 pour 1, 4 pour 1, etc càd 2 parts de produit principal type apprêt, peinture ou vernis + 1 part de durcisseur) donc un bidon de 1L de durcisseur si j'achète un bidon de 3L d'apprêt 2K en 3:1 (de 25 à 50€/L selon...)
Un bidon de vernis (1, 3, 5, 16L selon usage, de 15 à 70€/L selon...)
Son durcisseur
Un diluant PU qui servira pour l'appret, les brillant direct et le vernis.
Des chiffons pour l'anti-silicone
Un chiffon micro-fibre pour la finition (polish)
Un tampon d'essuyage (bleu) pour dépoussierer avant de peindre
Pates à polir de qualités diverses (moyenne, fine)
Pate à dépolir
Scotch Brite (tampon ou rouleau à découper)
Vos bases de peintures (HOK, Auto Air Color, Dupont, Spies Ecker, Scherwinn...)

blacksamourai
en 2eme au rupteur
en 2eme au rupteur

Nombre de messages: 293
Age: 30
Localisation: Provins 77
Date d'inscription: 15/03/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum